Le manque de persévérance : un obstacle à l’emploi

Le manque de persévérance : un obstacle à l’emploi

Semaine québécoise de l’orientation 2015

Dans le cadre de la Semaine québécoise de l’orientation, l’équipe de conseillers d’orientation du CJE Rosemont/Petite-Patrie désire présenter des actions à prendre pour faire face aux obstacles qui nous empêchent de trouver notre place sur le marché du travail. Aujourd’hui, le manque de persévérance.

Y a-t-il sérieusement un meilleur exemple de persévérance et d’efforts qu’un(e) marathonien(ne) qui s’engage à courir le plus rapidement possible un peu plus de 42 km consécutives?

Croyez-vous que les marathoniens aiment courir? On peut croire qu’ils aiment tous cela. Sauf qu’après le 30e kilomètre, lorsqu’ils sont devant le fameux mur d’épuisement, leur envie de courir et leur enthousiasme sont sérieusement mises au défi. Ce qui fait la différence entre les marathoniens qui terminent et ceux qui ne terminent pas, c’est leur persévérance, malgré les obstacles.

6626829959_09bdccbdc4_z

Ce n’est donc pas parce qu’on rencontre des difficultés et qu’on aime moins certaines parties ou certains moments de ce que l’on fait que l’on n’aime pas cela. L’effort fait partie de toutes choses.

Donc, le fait de ne pas avoir envie d’aller travailler un matin ne veut pas dire qu’on n’aime pas notre travail. On peut adorer notre emploi et avoir envie de rester coucher certains matins. Pareillement, le fait de ne pas aimer 20% des cours dans notre programme à l’école ne veut pas dire que nous ne sommes pas dans la bonne voie.

Toutes les personnes qui ont réalisé leurs rêves vous diront qu’elles ont fait preuve de persévérance et qu’elles ont mis tous les efforts nécessaires, contre vents et marées.

S’engager dans l’action pour déjouer ses obstacles

Comment rester engagé et persévérer dans les moments plus difficiles?

On doit se rappeler que les efforts sont nécessaires même si on fait ce qu’on aime. Il vaut mieux mettre des efforts à faire ce que l’on aime, qu’être forcé à mettre des efforts à faire ce qu’on n’aime pas.

Quand la tâche devient trop grande et que le projet devient trop complexe, il vaut mieux prendre du recul et découper nos projets en objectifs à court terme. Cela permet de garder notre motivation. On a plus de pouvoir sur notre vie qu’on ne le pense. Il faut oser surmonter ses obstacles pour donner une direction à sa vie afin de trouver sa place sur le marché du travail.

Facebooktwitterlinkedintumblrmail