La peur de se tromper : un obstacle à l’emploi

La peur de se tromper : un obstacle à l’emploi

Semaine québécoise de l’orientation 2015

Dans le cadre de la Semaine québécoise de l’orientation, l’équipe de conseillers d’orientation du CJE Rosemont/Petite-Patrie désire présenter des actions à prendre pour faire face aux obstacles qui nous empêchent de trouver notre place sur le marché du travail. Aujourd’hui, la peur de se tromper.

Personne n’aime se tromper, mais pour certaines personnes, la peur de se tromper paralyse et empêche de prendre une décision.

La peur de se tromper a plusieurs facettes :

  • On peut avoir peur de faire le mauvais choix et hésiter entre plusieurs options pendant trop longtemps. Par exemple, on n’est incapable de décider si on choisira de faire une technique ou un DEC.
  • On peut aussi avoir l’impression que si on prend une décision, il sera impossible de changer d’idée par la suite. On pense que si on choisit le mauvais programme d’étude, par exemple, on ne pourra pas changer d’idée.
  • On peut avoir peur de perdre du temps. On peut en arriver à prendre un chemin qui nous semble plus « direct », mais qui n’est pas celui qu’il nous fallait finalement.
  • On peut avoir peur de prendre des risques, au point de tout calculer. On ressent alors le besoin de tout connaître sur les enjeux avant de prendre une décision.

 

S’engager dans l’action pour déjouer ses obstacles

La seule véritable erreur est celle dont on ne retire aucun apprentissage.

Comment déjouer la peur de se tromper? En comprenant que l’apprentissage se fait en partie par, « essais et erreurs ».

Il faut oser faire face à une certaine dose d’incertitude pour essayer de nouvelles choses. Il n’est pas possible de connaître tous les détails qui nous attendent à l’avance puisqu’on les découvre tout au long de nos démarches. On ne peut donc être 100% certain de tout avant de s’engager dans l’action. Certaines personnes qui ont peur de se tromper, sont inactifs parce qu’ils paralysent devant un avenir qui n’est pas certain à 100%. Et si l’avenue qu’on choisit n’est pas la bonne, qu’est-ce qui nous empêche de se réorienter?

On doit apprendre à faire face à l’incertain, mais il faut aussi s’appuyer sur des faits. Cela nous permet d’être réalistes dans les actions que nous entreprenons tout en les ajustant au fur et à mesure. On s’adapte ainsi à notre environnement et on est en mesure de saisir les opportunités qui se présentent à nous.

Souvent les personnes de notre entourage veulent nous aider en nous offrant quelques conseils. Toutefois, il est essentiel de demeurer maître de nos choix et de nos actions parce qu’on a plus de pouvoir sur notre vie qu’on ne le pense. Il faut oser surmonter ses obstacles pour donner une direction à sa vie afin de trouver sa place sur le marché du travail.

 

photo-1422728221357-57980993ea99

Facebooktwitterlinkedintumblrmail